Adieu Kribi

Publié le par melvin

De l’or noir tchadien, nous ne verrons que le noir, l’or ira reluire ailleurs. Je l’ai tant écrit et réécrit. Mais, mes cris écrits ne pouvaient pas être entendus. A l’époque, le gouvernement était trop occupé à compter par avance les milliards qu’il allait tirer du pipeline. Au point de laisser croire qu’après avoir exploité ses propres gisements pendant trois décennies, sans pouvoir se développer, le Cameroun allait subitement s’enrichir par le simple fait que le pétrole d’un pays voisin enclavé traverse son territoire. L’actualité, aujourd’hui, nous ramène à la réalité. Kribi déjà, touche du noir. Les fuites de fuel de ces jours-ci inquiètent les pêcheurs qui redoutent de voir s’échapper leurs sources de revenus. On peut les comprendre. Les responsables de Cotco ont beau se vouloir rassurants et minimiser l’étendue de la nappe noire et de la pollution, cela se reproduira. Il y aura encore et toujours du fuel dans la mer de Kribi.

 

 

D’abord parce que ce type de projet est polluant par essence. Selon l’ingénieur américain Lois Epsteim, spécialiste des oléoducs, même les systèmes les plus sophistiqués de détection des fuites laissent passer en moyenne 0,002% du pétrole. Près de 10 000 litres de pétrole brut s’échapperaient ainsi chaque jour du pipeline Tchad – Cameroun. Une bonne partie se retrouverait dans la mer kribienne. Ensuite parce que les tankers viendront toujours vidanger leurs cuves à la bouche du pipeline, déversant dans la mer kribienne, le résidu de leurs cargaisons précédentes. Le Cameroun n’a, en effet, ni les moyens techniques, ni les moyens financiers pour imposer le respect des normes internationales qui recommandent que de telles opérations de vidange des cuves s’effectuent en dehors des eaux territoriales.

 

 

Les risques de pollution sont donc réels. La cité balnéaire a été immolée à l’autel des intérêts pétroliers. Pour percevoir près de 7 milliards de francs cfa par an pendant deux décennies, le Cameroun a sacrifié ses belles plages, les plus belles plages du monde. Faire déboucher le pipeline Tchad - Cameroun par Kribi fut une décision politicienne pas très responsable. Il eut été plus conséquent d’orienter l’oléoduc vers Limbé qui fut déjà sacrifiée dans les années 70 pour porter l’industrie pétrolière camerounaise. Les plages de Limbé ne peuvent désormais plus servir pour un tourisme professionnel. Il est rare, aujourd’hui, de s’y baigner sans ressortir marqué de désagréables tâches de goudron. Or, avec l’effritement des gisements de Bonny Light, l’arrivée du pipeline aurait pu être une bonne nouvelle pour Limbé, la pétrolière en voie de désoeuvrement.

 

 

En revanche, s’il y avait la moindre cohérence gouvernementale pour le développement du Cameroun, Kribi aurait dû servir non pas pour jouer un rôle que Limbé joue déjà, mais plutôt, pour la promotion du tourisme professionnel avec ses activités afférentes, profitables aux populations de Kribi, autant qu’à la nation entière. Le tourisme, en effet, enrichit les populations locales, en même temps qu’il approvisionne les caisses de l’Etat. En plus, il est éternel. Tandis que le pétrole est essentiellement passager et  n’enrichit que les exploitants et les gouvernements qui autorisent son exploitation.

 

 

Le littoral kribien, tant qu’il était vierge, restait parfaitement exploitable pour la thalassothérapie, créneau aujourd’hui porteur qui rend prospères et florissantes, des régions entières telles que Biarritz, Arcachon ou bien La Rochelle en France. Egalement, l’exploitation des thallophytes par cultures marines appropriées, et le développement des industries de transformation annexes qui est aujourd’hui une grande source de prospérité tant en Bretagne qu’en Normandie, et encore plus, au Japon et en Australie, aurait pu rapporter des devises à Kribi.

 

 

A l’évidence, ces activités touristiques ne sont ni occultables, ni détournables, comme l’or noir sait l’être. Elles sont justes difficiles à réaliser. Et ici, on aime bien les gains faciles. On a donc sacrifié la vierge unique pour une nuit de clair de lune passagère et ravageuse.

 

 

 

 

 

Publié dans politique

Commenter cet article