Sois Bell et tais-toi

Publié le par melvin

Toute la ville de Douala en parle. Des amis m’en ont fait un résumé. Jean – Lambert Nnang a affronté Joseph – Antoine Bell sur les antennes de Rfi. Le débat, à ce qu’il semble, a souvent volé bien bas. Normal, en public, chacun s’exprime avec les arguments de son éducation ; celle de certains leur autorise l’outrance et l’offense. Mais, Bell et Nnang, sur le même ring, ce n’est qu’une illusion médiatique. Les deux ne boxent pas dans la même catégorie. L’un est un grand nom du football camerounais, l’autre veut y écrire le sien.

 

Jean - Lambert Nnang qui n’eut jamais, ni la mémoire d’un Abel Mbengue, ni la verve d’un Abed Nego Messang de regrettée mémoire, a le mérite d’être devenu une référence dans le désert de la télé unique. Il a su se donner un statut de star en côtoyant les vedettes des Lions indomptables et doit aujourd’hui à sa fidélité à Iya Mohamed, d’être devenu le directeur – général d’une Fécafoot qui n’est même pas à la mesure de l’organisation d’un tournoi Interpoules et fait descendre le football camerounais encore un étage en dessous, chaque année.

 

Pour avoir été un pestiféré dans sa famille d’origine, du fait de son caractère bien trempé, Jean – Lambert m’étonne lorsqu’il reproche à Bell de demeurer critique. Le connaisseur du football qu’on voit en lui me surprend davantage lorsqu’il reprend contre l’ancien gardien des Lions indomptables, des arguments de bistrot du genre : qu’a-t-il déjà fait pour le football camerounais ? Quelles preuves a-t-il déjà faites qu’il peut être un dirigeant de ce football ? Pour ce que Bell a déjà fait, l’histoire ne peut pas être réécrite. Pour ce qu’il peut encore faire, il faut être particulièrement de mauvaise foi pour prétendre qu’il ne peut rien apporter au football camerounais.

 

Et pourquoi n’y a –t-il qu’à Joseph – Antoine Bell que l’on demande de produire des preuves de ce qu’il peut faire, pour jouer un quelconque rôle dans ce football ? D’autres qui n’ont pourtant pas les mêmes états de service que lui, ont juste besoin de quelque familiarité et des courbettes, pour devenir entraîneur, directeur – général, président, voire ministre. En plus, lorsque Bell fut le capitaine respecté de la grande Olympique de Marseille, avec dans les rangs des joueurs européens de classe internationale tels que les Français Giresse, Papin et les Allemands Klaus Allofs et Förster, au Cameroun, il n’avait pas suffisamment prouvé qu’il pouvait être capitaine des Lions indomptables. On lui préféra Stephen Tataw. C’est tout dire.

 

Demander des preuves préalables à Bell est une manœuvre, parmi d’autres, pour mieux l’écarter de la gestion du football Camerounais. Après tout, ce pays qui peut tout de même se passer d’esprits aussi brillants que Jean-Jacques Ekindi ou Sanda Oumarou, pour ne citer que ces deux là, n’a pas nécessairement besoin de Joseph – Antoine Bell.

 

Bell est incontrôlable et gêne beaucoup de gens, et pas seulement dans le petit  monde du football camerounais. Son problème c’est d’être brillant, de se montrer le meilleur, en faisant voir que d’autres sont nuls. C’est une sorte  de Patton camerounais : un général brillantissime, aimé du petit peuple, mais qui n’eut jamais les faveurs de l’establishment, parce qu’il ne savait pas la fermer.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans chez les lions

Commenter cet article

donfrmo 29/12/2006 15:37

En fait  JLN, qu'a  -t-il  fait  lui  pour  le Foot  Camer? tout simplement  , il  n'a  fait  que  commenter  des  matchs, odnc  en fait  il a  toujours  ete  un  observateur, comme  tout  le  monde  peut  se  mettre  a  commenter  un  match, c'est  pas  sorcier.

Julio 27/12/2006 21:05

Un blog est certes un moyen d'expression personnelle, et on pourrait difficilement contester a son auteur le droit de donner son avis. Dans le debat entre Nang et Bell, les deux ont plus en commun que le football: forts en gueule, bell-icistes (yes, pun intended), et omnipresents sur la scene mediatique. Lorsqu'on admet selon la sagesse populaire que 'le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit', on ne peut que renvoyer dos a dos ces deux qui de toutes facons ne sont pas a un debat ou a des eclaboussures pres.

Nomba 04/12/2006 12:16

Bon exercice d'écriture (eh oui, je me permets encore de te faire ce genre de  remarque ; m'en fous si tu te demandes pour qui je me prends pour oser appécier ton style).
Bonne analyse. j'ai passé quelques minutes heureuses à me délecter de ton raisonnement juste. Je dis bien juste. Mais à quel point l'est-il quand un ami défend un ami. Ok, d'accord, tu le fais sur ton blog et pas dans un article. Quand même, cela me rappelle un certain article sur Eto'o (et le ballon d'Or qui, décidément, le narguera toujours) que j'eus préféré quelqu'un d'autre rédigeât  (ou dans ton blog).
Mon avis vaut ce qu'il vaut, mais je le donne.
A bientôt