Tous Ghanéens!

Publié le par melvin

Obligés de regarder à la télé, la Coupe du monde allemande pour laquelle les Lions indomptables n’ont pas su se montrer dignes, les Camerounais se sont trouvé de nouvelles idoles. Ils adorent les Black Stars du Ghana. Dans les conversations, les taxis, les bistrots, et même au bureau, il n’y en a que pour Michaël et les siens. A Yaoundé et Douala, le match Ghana – Usa du 22 juin a été aussi suivi qu’une rencontre capitale des Lions. Même Paul Biya, d’habitude déconnecté et si peu footeux, s’est fendu d’une prompte lettre de félicitations à son homologue ghanéen John Kuffour, suite à la première victoire des Black Stars face à la République tchèque.

Normal, le Ghana est le dernier pays africain en lice dans cette Coupe du monde allemande, et donc aussi, notre ultime rêve désespéré de voir le trophée sur le continent en 2006. Mais, je doute fort de ce panafricanisme camerounais de la 25e heure. Je ne peux oublier les ricanements entendus après la première semaine africaine piteuse en Allemagne : 4 défaites, 1 nul. Sur les plateaux de télévision d’ici et même dans les journaux, des chroniqueurs improvisés se gaussaient de l’inexpérience alléguée des ‘’petits’’ représentants africains. D’autres brûlaient la formule des qualifications et exigeaient de la Fifa qu’elle s’assure désormais que le Cameroun et le Nigeria, supposés grands d’Afrique, ne manqueront plus une phase finale du Mondial.

La ghanamania camerounaise n’est donc pas sincère. Nombre de Camerounais souhaitent d’ailleurs secrètement que l’aventure des ‘’Brésiliens d’Afrique’’ s’arrête en 1/8e de finale face au vrai Brésil. De la sorte, en oubliant l’éphémère Sénégal, le Cameroun restera encore la seule équipe africaine à être allée le plus loin possible en Coupe du monde. Pour les Camerounais, le Ghana n’est utile que dans la mesure où il leur a permis de régler par procuration le compte de la Côte-d ’Ivoire qui a osé leur piquer le ticket allemand et se prétend meilleure sélection d’Afrique. Les Camerounais ont imploré le ciel pour qu’il leur offre l’élimination précoce – joyeusement célébrée – de la Côte-d ’Ivoire. Et ils sont finalement ravis qu’un autre pays africain vole la vedette à ces Ivoiriens rivaux.

Mais, la sortie précoce des Eléphants rend-elle les Lions meilleurs ? Je n’en suis pas sûr. Pour quatre raisons au moins, la Côte-d ’Ivoire, pour sa première participation a fait mieux que le Cameroun lors de ses 5 phases finales de Coupe du monde :

1-Malgré leur élimination, par certains aspects injuste, les Ivoiriens n’ont pas été ridicules. Ils ont pratiqué le plus beau jeu jamais déployé par une sélection africaine au Mondial. Ils laissent finalement une bonne image de leur football. Et s’ils n’avaient eu pour sélectionneur, le seul entraîneur au monde qui ne sache pas que la meilleure défense des Eléphants c’est l’attaque, ils seraient sortis de leur poule de la mort. N’empêche, le potentiel est là, on l’a vu et bien vu. Les Ivoiriens ont les moyens de s’imposer dès 2008 au Ghana, comme le leader incontesté du football africain, et de tutoyer les plus grands du monde dans quatre ans en Afrique du Sud. 

 2-Sur le plan de la gestion administrative de leur sélection, les Ivoiriens ont fait preuve d’un très grand professionnalisme. Pas de problèmes de primes, de vols manqués, de querelles entre joueurs ou entre le ministre des Sports et la fédération de Jacques Anouma. Mais, cela ne devrait vraiment pas être une surprise pour ceux qui ont connu la gestion de l’Africa Sports et l’Asec d’Abidjan sous Simplice De Messe Zinsou et Me Roger Ouegnin, les deux grands artisans de la modernisation du football ivoirien.

3-Chaleureux, enthousiastes, blagueurs et beaux joueurs, les Ivoiriens ont su occuper l’espace médiatique et ont bien vendu l’image de leur pays, effaçant les charniers et les horreurs de la rébellion, pour ne laisser dans les mémoires que les dribbles d’Arouna Dindane, les transversales de Boka Arthur, les remontées de Zokora ou les percussions de Baky. J’ai particulièrement apprécié les beaux polos oranges, verts ou blancs frappés du nom de la Côte-d ’Ivoire et du nombre 225, destinés aux supporters désireux d’afficher leur ivoirité et de faire corps avec leur équipe. Au Cameroun, pour soutenir les Lions, les supporters se font offrir billets d’avion, tickets de match et maillots par les joueurs. En Côte-d’Ivoire, les supporters s’investissent à fond pour leur équipe nationale.

4-Economiquement, les Ivoiriens ont su se servir de la Coupe du monde pour vendre le cacao, leur produit phare. Une campagne de promotion associant Didier Drogba, a été organisée en Europe. C’est ce que le Cameroun n’a jamais su faire ni avec Milla, ni avec Eto’o.

Par conséquent, je crois qu'au lieu de se contenter de souhaiter et célébrer les échecs des autres, le Cameroun qui n’est plus la référence du football africain, gagnerait à s’inspirer de l’exemple ivoirien pour préparer ses succès de demain. Autrement, les Camerounais regarderont encore la Coupe du monde 2010 à la télé. 

Publié dans Libres propos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hiondi Nkam 26/06/2006 15:28

les elephants avaient bien evidemmeent le potentiel pour passer le premier tour. Mais le potentiel n'est rien s'il n'est pas realise. Cette equipe joue bien au ballon. Elle a meme montre un visage beaucoup plus seduisant que celui du Cameroon de 1990 qui jouait le contre, usait ses adversaires en attendant Roger Milla. Soit. Pourtant si les elephants n'ont pas su se tirer du groupe de la mort , si Drogba et ses amis ont trebuche a 2 reprises face au Cameroon (sur 90mn) s'ils n'ont pas su s'adjuger une CAN 2006 a eux promise c'est bien parcequ'ils n'ont ni le vecu ni meme la gnac des Lions. Et le Mondial c'est a la fois le talent , le metier et un certain esprit.

boungou frédéric 25/06/2006 13:08

 salut
bonne réflexion qui stigmatise une certaine hypocrisie dont font preuve des amoureux proclamés du football africain
simplement, je trouve que tu as une dent plus que dure envers les vrais supporters des Lions Indomptables- qui existent- contrairement à ce que tu sembles croire
cela dit, je suis un peu reservé quant aux qualités que tu trouves à la sélection ivoirienne. certes, il y a sans doute du bon sur le double plan individuel des joueurs et collectif, mais, je pense sioncèrement que les eléphants ont encore du chemin à faire pour atteindre le niveau des Lions
si je ne te connaissais pas, je dirais que tu joues exprès sur le terrain de la provoc en peignant un tableau plutôt dithyrambique de cette sélection dont je conviens avec toi qu'elle avait, a les capacités de sortir de son groupe
pour terminer, suis tout à fait d'accord avec toi sur le travail administratif et technique qu'il y a aujourd'hui à faire pour que notre football ne continue pas à vivre de nostalgie